Architecture du quotidien : les équipements sportifs

Publié le 06.08.2020
L’architecture façonne notre quotidien et notre manière d’interagir avec notre environnement. À l’occasion de la 5e édition des Journées nationales de l’architecture, le ministère de la Culture a choisi de mettre “l’architecture du quotidien” à l’honneur. Écoles, gymnases, résidences étudiantes, médiathèques… Découvrez des espaces peu connus du grand public mais de grande qualité architecturale. La première série consacrée aux équipements sportifs.

Le complexe sportif intercommunal du Val du Beuvron (Chitenay, Centre-Val de Loire) 

Les quatre communes du syndicat du Val du Beuvron dans le Loir-et-Cher (Cellettes, Chitenay, Cormeray et Seur) ont décidé de s’unir pour bâtir un complexe sportif partagé. Inauguré en 2014, il étend aujourd’hui sa silhouette linéaire entre deux champs, le long de la départementale 38 reliant Chitenay à Cellettes.

Conçu par l’agence MU Architecture, lauréate en 2012 des Albums des jeunes architectes et paysagistes (AJAP), ce bâtiment se compose d’une grande salle multisports rectangulaire bordée par des gradins dans sa longueur ouest et par des vestiaires et des douches dans sa largeur. Dans sa partie sud, il jouxte un deuxième volume formant une excroissance rectangulaire bordant également la départementale. Ce dernier abrite une salle d’activités polyvalente, ainsi que les sanitaires, un patio et le hall d’entrée ouvrant sur le parking.  

À l’extérieur, le complexe est recouvert d’une enveloppe composée de strates linéaires offrant un jeu de matières et de couleurs : des panneaux transparents en verre se superposent à d’autres en métal opaque ou en polycarbonate translucide. Évolutive en fonction des conditions climatiques dans un souci de confort et de performance énergétique, cette carapace peut être plus ou moins ouverte selon les usages internes et le niveau d’ensoleillement. La partie supérieure de la façade intègre un mur solaire capable de préchauffer l’air intérieur en hiver ou, au contraire, de bloquer les rayons du soleil en été.

Le complexe sportif intercommunal - Val du Beuvron
Route de Cellettes, L’Étang Frileux
41120 Chitenay

 

Piscine municipale de Carros (Carros, Provence-Alpes-Côte d’Azur)

La piscine municipale de Carros (Alpes Maritimes) est un exemple de piscine Tournesol, concept développé par l’architecte Bernard Schoeller dans le cadre d’un concours lancé en 1969 par le secrétariat d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Loisirs et dont l’objectif était de favoriser l’apprentissage de la natation. Connue sous le nom de « 1 000 piscines », cette politique volontariste de production d'équipements sportifs en série selon un même modèle a permis la construction de 183 piscines Tournesol en France entre la fin des années 1970 et le début des années 1980. 

La piscine de Carros se compose d’une coupole légère de 35 mètres de diamètre et de 6 mètres de haut, associant des coques en plastique inaltérables à une structure métallique porteuse en acier, conçue par l'ingénieur Thémis Constantinidis. Percée de hublots laissant pénétrer la lumière, elle surplombe un bassin de 10 x 25 mètres bordé de "plages" et est escamotable sur un quart de sa circonférence. Les nageurs peuvent ainsi se baigner et bronzer à l’air libre en période estivale. 

La particularité de la piscine Tournesol de Carros est d’être bâtie sur un terrain en pente. Une partie de la toiture du gymnase situé en contrebas sert de plage extérieure. Du choix des couleurs à l’aménagement paysager, un souci particulier a été porté sur l'intégration du bâtiment dans l’environnement urbain de la nouvelle ZAC de Carros-le-Neuf, construite à la même époque. La piscine municipale de Carros a obtenu le label “Architecture contemporaine remarquable”. 

Piscine municipale de Carros
Quartier du Planet
06510 Carros

 

Centre national des arts du cirque (Châlons-en-Champagne, Grand Est) 

Installé jusqu’en 2015 dans l’ancien cirque municipal de Châlons-en-Champagne érigé au XIXe siècle, le Centre national des arts du cirque (Cnac) se déploie sur une friche agricole de la capitale marnaise. Les architectes associés Matthieu Poitevin (Caractère spécial §) et de l’agence d’architecture NP2F ont souhaité conserver le hangar de stockage et le silo à grains existants, tout en y ajoutant de nouveaux volumes imbriqués les uns aux autres. Élèves, professeurs et visiteurs déambulent entre eux comme dans un “village” traversé par des rues de tailles et de luminosités différentes. 

Chaque volume forme des îlots possédant leurs propres dimensions et destinés à répondre à différents usages. Le Grand Volant, gymnase principal de 21 mètres de haut dédié à la haute voltige est accessible depuis un escalier hélicoïdal situé à l’extérieur. il domine deux autres gymnases de 10 mètres de haut réservés à la formation au trampoline et aux autres disciplines circassiennes. Les autres locaux comprennent des salles de danse, de théâtre, de musique ou d’enseignement, ainsi que des espaces réservés à l’administration et à l’hébergement des élèves. À l’intérieur, l’accent a été porté sur la modularité et la fluidité de l’organisation et des déplacements, tandis que la charpente en béton fait écho aux charpentes d’acier et de bois des hangars nord. 

Les parois extérieures opaques sont couvertes de plaques en fibrociment ondulé, évoquant les hangars d’une exploitation agricole. Elles forment une façade harmonieuse et chromatiquement homogène, longue de 130 mètres. Un chapiteau rappelle la vocation des lieux, tandis que "de l'interrogation à l'exclamation populaire", dispositif lumineux inspiré des bâtons de jonglage et imaginé par l’artiste Malte Martin, offre un signal fort sur la façade. Le centre national des arts du cirque est lauréat de l’Équerre d’argent 2016 dans la catégorie culture, jeunesse et sport.   

Centre national des arts du cirque 
1 rue du cirque 
51000 Châlons-en-Champagne

 

Gymnase Alice Milliat (Lyon, Auvergne-Rhône-Alpes)

Le gymnase omnisports Alice Milliat forme un monolithe de bois et de verre ouvert sur la place du Traité de Rome dans la ZAC du Bon Lait, quartier résidentiel lyonnais en pleine métamorphose. D’une hauteur sous plafond de 9 mètres, l’édifice comprend un terrain de 45 mètres de long et de 24 mètres de large bordé de gradins. Modulable, il est dédié à la pratique des sports collectifs. Le gymnase compte aussi des vestiaires, des bureaux et une salle de réunion et abrite à l’étage des salles d’entraînement aux sports de combat, à la gymnastique et à la danse.

À l’extérieur, la façade bordant la place est creusée d’un renfoncement formant une « loggia urbaine » dont la paroi vitrée révèle l’intérieur du bâtiment, le transformant en prolongement naturel de l'espace public et invitant les usagers (scolaires, amateurs, associations…). Le hall d’entrée est signalé par un bandeau vitré situé au rez-de-chaussée sur le volume saillant de la façade.  

Le projet a été conçu par l’agence autrichienne Dietrich Untertrifaller Architectes associée à Tekhnê et à Arborescence, bureau d’études bois. Il se démarque par sa conception bioclimatique et l’emploi de matériaux renouvelables. À l’extérieur, le bâtiment est recouvert d’une enveloppe composée de lames en mélèze pré-grisé, tandis qu’à l’intérieur de la salle, les murs, la charpente et la structure sont conçus en bois d’épicéa. Ces particularités lui ont permis d’obtenir le Prix national de la construction bois en 2017. De la mise en valeur de la lumière naturelle traversant les parois vitrées et les ouvertures situées entre les sheds de la toiture, en passant par l’isolation en bottes de paille et le recours à la ventilation naturelle, ce bâtiment bois-paille a été pensé pour limiter au maximum sa consommation énergétique. 

Gymnase Alice Milliat
8 place du Traité de Rome
69007 Lyon

 

Salle de sport du Quai de la Moselle (Calais, Hauts-de-France)

Équipement sportif dédié à la pratique du basket et conçu par l’agence d’architecture Bureau Face B, la salle Quai de la Moselle de Calais se démarque par sa structure innovante et techniquement inédite en France. Une toiture légère en acier ondule telle une vague entre les gradins en béton situés au nord et au sud auxquels elle est accrochée. Elle enjambe 64 mètres de portée et libère la façade de tout élément porteur. 

Le bâtiment compte six façades vitrées de grande hauteur dépourvues de traverses horizontales, permettant ainsi de souligner leur verticalité. Elles rendent les espaces intérieurs visibles depuis la rue et sont ouvertes vers les différents quartiers de la ville, l’équipement ayant vocation à les reconnecter. Comme un symbole, le beffroi de l’hôtel de ville de Calais se détache de l’horizon et est visible des visiteurs accédant au bâtiment depuis la façade d’entrée. Des poutres en acier blanc forment des arêtes à chaque extrémité de cet hexagone destructuré. 

À l’intérieur, le béton est laissé brut mais sablé, comme en écho aux plages calaisiennes. Jonctions et détails d’assemblage restent visibles. Sous les gradins, des espaces ont été aménagés pour l’accueil du public, les sanitaires et les bureaux administratifs du club et jouent un rôle de tampon acoustique et thermique entre l’intérieur et l’extérieur. Cette halle sportive a obtenu l’Équerre d’argent 2018 dans la catégorie culture, jeunesse et sport. 

Salle de sport du quai de la Moselle
2 quai de la Moselle
62100 Calais