L’Hexagone - affiche nationale

Publié le 16.10.2020
L’Hexagone est un “learning centre”, lieu pédagogique innovant centré sur l’appropriation de la connaissance. Conçu par l’agence Rémy Marciano Architecte pour l’université d’Aix-Marseille (Bouches-du-Rhône) et inauguré en 2018, il a été sélectionné pour illustrer l’affiche nationale de la 5e édition des Journées nationales de l’architecture.

Un lieu pour favoriser les nouveaux modes d’apprentissage 

Le projet nécessitait la transformation d’un restaurant universitaire abandonné depuis plus de 15 ans. L’architecte l’a réhabilité et complété d’extensions contemporaines.

Le nouvel édifice de plus de 7.000 m2 s’articule autour d’un grand patio intérieur réparti sur deux niveaux, en écho à l’architecture méditerranéenne. Entouré de grandes ouvertures vitrées, il diffuse la lumière naturelle aux différents étages. 

Le bâtiment abrite de nombreux espaces collectifs, tels un auditorium, une salle de visioconférences, un hall d’exposition, une salle polyvalente, des bureaux, un café et des services dédiés aux étudiants (bureaux pour les associations, salles de travail, foyer…). Il intègre également une série d’équipements technologiques destinés à répondre aux nouveaux usages et modes d’apprentissage (nomadisme, e-learning…), tandis que les espaces de circulation, patios, terrasses et gradins ont été conçus comme des lieux d’accueil et de rencontre.

 

Un dialogue entre architecture et paysage 

Le bâtiment s’insère sur le site naturel remarquable de Luminy, une pinède surplombée par les collines du Parc national des calanques. Ses façades poreuses font écho au calcaire de la roche et sont composées de brise-soleil blancs disposés verticalement et diffusant une lumière chaleureuse dans les espaces intérieurs. 

Le paysage peut être observé grâce aux nombreuses ouvertures du bâtiment, ainsi que depuis la vaste terrasse ou la nouvelle bibliothèque universitaire, conçue comme un plateau ouvert à 360°.

La peau blanche aux formes ciselées enveloppant le bâtiment et ses extensions et la structure en gradins de l’édifice font écho à la topographie du site, établissant un dialogue subtil entre nature et architecture.

 

__

QUELQUES QUESTIONS POSÉES À L’ARCHITECTE RÉMY MARCIANO

 

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce projet ?

L’Hexagone raconte d’abord une nouvelle relation au territoire, à la topographie stratifiée et à l’image du relief calcaire des calanques toutes proches. Ce « learning center » a été conçu comme un lieu attractif, animé et appropriable. Il intègre une grande bibliothèque universitaire, une salle de projection, un espace de travail partagé, un café et des services de vie destinés aux étudiants. Au-delà du programme, les espaces de transition, patios, terrasses, gradins et circulations sont conçus comme de vrais lieux d’accueil, de rencontre, de détente. Grâce à son caractère ouvert et traversant, il offre un parcours à travers tout le campus. Ses façades poreuses sont composées de brise-soleil blancs au rythme vertical, dialoguant directement avec la nature exceptionnelle de Luminy. Le “learning center” propose également des espaces originaux et des lieux plus « accueillants », tels que le patio ou les terrasses. La bibliothèque universitaire à 360° offre une grande qualité de confort avec des espaces de consultation bénéficiant de la lumière naturelle, ombragée par les brise-soleil et une terrasse pour les amateurs de lecture en plein air !

 

Que représente pour vous le métier d’architecte ?

L’architecte doit être engagé et passionné. Sa vision du métier doit associer intuition et expérimentation et s’ancrer dans un contexte bien concret. Il doit en somme trouver un équilibre entre onirisme et réalité.

 

Quel est votre premier souvenir d’architecture ?

Je citerai deux souvenirs. La piazza della Signoria à Florence qui m’a fasciné lorsque j’étais enfant et le béton que nous manipulions pour mon plus grand bonheur pour finir la maison familiale.

 

Y-a-t-il un bâtiment qui vous inspire en France et qui est injustement méconnu du grand public ?

L’architecture industrielle en général, ses volumes généreux, ses prouesses techniques et sa mémoire d’un lieu de travail qu’il faut préserver et transformer pour lui offrir une deuxième vie. Ces bâtiments sont surprenants de qualité et de surprises et constituent une richesse pour la ville.

 

Quelle est votre vision de l'architecture de demain ?

L’architecture doit permettre de créer de la surprise, du plaisir et du bien-être dans la ville. Il faut également repenser une ville plus généreuse et accueillante, où l’espace public et les bâtiments inventent des lieux forts et émouvants. L’architecture peut aussi contribuer à retrouver du sens dans la transformation ou la préservation des territoires naturels ou urbains. Elle peut enfin être un lien, révéler des identités et une poésie enfouie et retrouver un rapport au sol, aux climats et au paysage.