Portrait - Christian Vivien : Un architecte-bâtisseur pour un produit global clé en main au service du client

Publié le 11.10.2019
Architecte-bâtisseur convaincu que l’architecture du quotidien à destination des particuliers est tout aussi valorisante que l’architecture plus visible, Christian Vivien a monté son agence pour aider ses clients à mieux concrétiser leurs besoins. Une architecture globale qui permet de se dédier entièrement aux projets des particuliers
Christian Vivien

Christian, quel est votre parcours personnel et professionnel ?

J’ai monté mon agence à Saint-Étienne, il y a 29 ans, après quelques années de salariat pour me préparer à me mettre à mon compte. Je conçois non seulement les projets en les dessinant, mais je m’assure également de leur bonne réalisation, car je dirige le chantier. Progressivement, j’ai donc fait le choix d’effectuer des interventions chez des particuliers, pour faire surtout de la rénovation et de l’agrandissement d’habitations. En règle générale, avec ce type d’interventions, le client est mon seul interlocuteur.

Comment définiriez-vous votre pratique aujourd'hui ?

Je fais de l’architecture du quotidien, autrement dit, celle qui sert tous les jours aux particuliers que j’accompagne. Ce qui signifie que mon travail n’est pas toujours très visible puisque les projets que je réalise sont souvent en intérieur, pour de petits agrandissements ou de petites interventions architecturales par exemple.

Mais, l’objectif est de répondre à la demande de tous ceux qui n’auraient pas le réflexe de se tourner vers des architectes pour faciliter leur quotidien. Habituellement, pour rénover leur maison par exemple, les particuliers se tournent plutôt vers des entreprises. Car la plupart du temps, ils pensent que les petites interventions ne sont pas forcément du domaine de l’architecte. Ma proposition est globale, clé en main comme le ferait un constructeur de maison individuelle, et j’interviens donc à la fois pour de la rénovation mais aussi pour de l’extension. 

Je n’ai pas toujours la possibilité de répondre à tous les projets car nous sommes une petite structure qui, en plus de moi, emploie une secrétaire à temps partiel et un étudiant. 

En tout cas, j’ai vraiment l’impression de réaliser mon métier complètement, non seulement dans la conception, mais aussi dans la maîtrise globale financière du projet, ce qui ne donne pas la même approche. La conséquence ? C’est qu’avec ce type de pratique, nous sommes en mesure d’améliorer le projet jusqu’à la fin du chantier.

Maison passive à Maclas

Quelle architecture imaginez-vous pour demain ?

Demain, l’architecture devra travailler sur les bâtiments déjà construits dans la ville, en sachant intégrer une architecture renouvelée au sein du tissu urbain existant. Pour cela, il s’agit de parvenir à modeler et modifier ce qui existe déjà, tout en respectant le caractère du bâtiment, au lieu de se contenter d'émietter le territoire. Nous devons donc conserver les caractéristiques intéressantes et ajouter ce qui peut manquer au bâtiment. Créer un bon compromis entre ce qui doit être conservé et ce qui doit changer, avec les fonctions d’usage qui ont, entre temps, évolué, et avec une forte priorité donnée à l’amélioration thermique du bâtiment.

Selon vous, qu'est-ce que l’architecture peut apporter à un public peu familier avec le métier ?

En France, on pense encore trop souvent que l’architecture est réservée aux bâtiments publics ou exceptionnels. Nous devons continuer à effectuer un vrai travail pédagogique pour montrer que l’architecte peut améliorer “le quotidien”.

Malheureusement, en matière d’image, cette architecture n’est pas forcément la plus valorisante car ce que nous réalisons ne se voit pas. Mais lorsqu’on accompagne un client pour l’aider à définir sa demande et analyser son besoin pour parvenir au bon projet, cela a de la valeur !

Par ailleurs, il n’y a pas assez de sensibilisation à l’architecture dans l’enseignement, ni au bâtiment de manière générale. Et le grand public se dirige donc vers des constructeurs qui n’ont pas cette sensibilité architecturale que nous avons en tant qu’architecte. 

Pourquoi participez-vous aux JNArchi ?

Cela fait plusieurs années que je m’inscris dans cette démarche des JNArchi. C’est un moment qui est dédié à la discussion, pour montrer ce qu’est notre métier et son intérêt. Être architecte-bâtisseur permet à la fois la réalisation de travaux et donc la gestion d’un chantier dans son intégralité, mais aussi, bien entendu, toutes les prestations intellectuelles fournies habituellement par les architectes : réalisation des plans, conseils…

C’est donc pour faire mieux connaître les spécificités de l’architecte-bâtisseur, que je continue de participer aux JNArchi.

Rénovation à Saint Chamond avant/après

Qu’avez-vous prévu pour les JNArchi 2019 ?

L’agence est ouverte au public, ainsi qu’à tous ceux qui souhaiteraient venir se renseigner sur le métier. Quelques projets avec des visuels seront présentés et bien entendu, je serai là pour accueillir tout le monde et parler de tous ces projets !

 

Retrouvez Christian Vivien pour les JNArchi 2019 >>
Christian Vivien
106, rue Roger Salengro
42 000 Saint-Etienne
Le vendredi 18 octobre 2019 et le samedi 19 octobre
http://www.architecte-christian-vivien.com/