Portrait - Wild Architecture, pour une architecture qui s’ouvre aux habitants !

Publié le 15.10.2019

David, comment vous êtes-vous dirigé vers l’architecture ? Quelle est votre histoire, ainsi que celle de votre agence ?

Nous sommes trois associés, Pierre Yves Six, Charlie Pichon, et moi-même, David Fayolle. Nous avons fondé notre atelier il y a maintenant 7 ans. Avant de créer notre propre structure, nous avions eu l’occasion de travailler ensemble à plusieurs reprises. Pierre-Yves exerçait en tant qu’indépendant, tout comme Charly, tandis que moi, j’ai été salarié durant 4 ans.

Nous avons très vite eu envie de travailler au sein de notre propre atelier d’architecture. Notre volonté de travailler en équipe vient de la conviction que l’on n’a pas toujours les meilleures idées seuls, c’est souvent en se concertant et en échangeant qu’on arrive aux idées les plus justes.

Ce travail en équipe, nous essayons de le mettre en œuvre au quotidien. C’est la raison pour laquelle, nous organisons régulièrement des temps d’échanges ou des temps de débat sur les projets avec nos trois salariées Alix, Manon et Pauline. 

Quel type d’architecture produit l’agence ?

Dans nos professions, et dans le monde d’aujourd’hui, on nous pousse à devenir des spécialistes de tel ou tel domaine. En ce qui nous concerne, nous privilégions la diversité de parcours, de points de vue, de domaines et de modes d'intervention. Nous réalisons donc des logements, des équipements, et nous redessinons aussi des appartements.... Pour nous, cette transversalité de programmes permet de parvenir à des solutions qui seraient plus difficiles à imaginer si nous faisions toujours la même chose.

Place aux jeunes, restructuration d’un appartement canut

Nous nous penchons également sur des logiques plus larges, liées à l’urbanisme : nous menons actuellement des études sur de la revitalisation de centres-bourgs avec un urbaniste. On peut donc concevoir des appartements de 30 mètres carrés, comme des projets dont l’échelle est bien plus importante.

Qu’est-ce que vous apporte cette variété de projets et d’échelles, dans votre travail au quotidien ?

Les petits projets nous permettent d’expérimenter de nouvelles pratiques. Nous intervenons par exemple de plus en plus sur des constructions que nous réalisons en bois et paille. Nous n'étions pas des spécialistes du sujet au départ, c’est grâce à l’opportunité d’un projet de crèche que nous avons pu expérimenter cette méthode. Actuellement, grâce à cette expérimentation, nous travaillons sur trois projets où nous avons prescrit une isolation paille.  

Paille d'or, chantier en ossature bois paille de la micro-crèche

C’est cette variété de travail et de projets qui permet à notre agence de se développer. Et je crois pouvoir dire que chaque univers que nous explorons nous apporte des réponses pour d’autres aspects de notre travail. 

Cette diversité se retrouve aussi dans le fonctionnement de l’agence. Un des points importants de notre management, c’est la transversalité et la pluridisciplinarité. Nous sommes 6 dans l’équipe, dont 3 associés qui ont des parcours très variés. Pierre-Yves est diplômé d’architecture mais très orienté construction bois. Charlie a une grande sensibilité à la philosophie et l’art, et leurs liens avec l’architecture. Quant à moi, j’ai un double diplôme d’ingénieur-architecte.

Nous cultivons cette pluridisciplinarité au quotidien au sein même de l’équipe grâce à diverses formations. Dans une suite logique à ma formation personnelle sur les procédés constructifs à base de paille, Alix va se former très prochainement sur la manière dont on peut utiliser la terre dans la construction.

Enfin, cette transversalité se retrouve également sur notre lieu de travail. Nous avons mis en place un espace de coworking dans nos bureaux. Notre atelier lyonnais accueille plusieurs types de métiers : un urbaniste, un bureau d’études fluides, un éclairagiste et un architecte d’intérieur, avec qui nous travaillons régulièrement ! Cette proximité avec d’autres métiers nous permet d’entretenir notre transversalité et d’affirmer chaque jour notre conviction qu’un projet d’architecture ce n’est pas que le résultat du travail de l’architecte, c’est d’abord un travail d’équipe.

Quel sens doit prendre l’architecture pour demain selon vous ? 

Pierre-Yves, Charlie et moi-même pensons que l’architecture et l’architecte doivent pouvoir retrouver une place plus importante dans la société. Ainsi, l’architecture de demain, je la rêve comme beaucoup plus accessible à tous et à toutes. Aujourd’hui, je pense que le public garde cette impression que l’architecture est une histoire de professionnels. De notre côté, nous sommes plutôt dans une approche où l’on essaie d’ouvrir au maximum les projets aux usagers. Dans notre conception, nous faisons en sorte qu’un échange se crée afin d’apporter de la plus-value au projet.

C’est de cette conviction qu’est d’ailleurs née l’idée de développer l’association Archi’scool. Dans ce cadre, nous intervenons régulièrement en milieu scolaire pour faire comprendre à des enfants, des collégiens et des jeunes adultes, que chacun peut participer à l’amélioration de son cadre de vie. Participer au changement de sa classe, participer au changement de son quartier, cela revient au même et nous essayons donc de faire prendre conscience au grand public que chaque personne peut, en tant que citoyen, faire évoluer sa ville.

Archi’scool - Réaménagement de la classe

J’imagine donc que c’est aussi le thème de ce que vous prévoyez pour les JNArchi ? 

Exactement ! Pour les JNArchi, nous proposons de développer une fabrique éphémère de mobilier urbain à destination du quartier. Nous irons chercher du matériel recyclé, et avec tout ce que nous pourrons récupérer, nous allons concevoir du mobilier urbain avec les habitants du quartier qui viendront nous rendre visite le jour de l’évènement. A l’issue de cet atelier, nous envisageons même d’installer ce mobilier directement sur l’espace public ! Nous pensons que si ce sont les habitants qui fabriquent eux-mêmes leur mobilier avec nous, ils auront d’autant plus l’envie de l’utiliser et pourront mieux s’approprier ces nouveaux espaces.

L’architecture de demain doit être plus ouverte à la population et c’est justement par ce type d’évènements et d’engagements que nous y arriverons. C’est pourquoi, nous avons réellement envie de faire sortir l’atelier sur l’espace public ! Ce n’est pas la première fois qu’on participe aux JNArchi, et l’on essaie toujours de mettre en place une activité ludique grâce à laquelle nous pouvons créer cette interaction avec les habitants du quartier, que ce soit auprès des enfants où des adultes.

Et vous avez une petite idée du mobilier que vous allez pouvoir fabriquer avec les habitants ?

Nous allons essayer de fabriquer des petits bancs ou des jardinières. De cette manière, nous souhaitons aussi contribuer à faire vivre la volonté des habitants de végétaliser l’espace public.

Par ailleurs, nous mettons l’accent sur l’utilisation de matériaux de récupération pour fabriquer avec les habitants du quartier du mobilier qui pourra leur servir demain. Nous allons même essayer de fabriquer une balançoire ! Bien entendu, les gens pourront venir visiter notre atelier et découvrir tous nos projets. Nous terminerons cet atelier par un apéro où nos voisins seront les bienvenus ! Nous souhaitons créer un vrai moment de convivialité pour permettre aux habitants du quartier de franchir le pas de notre porte, discuter avec nous et s’ouvrir réellement à l’architecture !

 

Retrouvez Wild Architecture :
le vendredi 18 octobre à partir de 16h
30 Montée des Carmélites
69001 Lyon — France
https://www.wildarchitecture.fr/