L’architecture doit s’adapter au contexte local

Publié le 08.10.2020
Parfois discrète, d’autres fois plus perceptible, l’architecture noue des liens avec son territoire proche, devenant indissociable de son environnement. Chaque objet architectural s’inscrit dans un lieu, un paysage, une époque, une société, pour faire un avec son contexte. Un enjeu essentiel au regard des problématiques sanitaires et écologiques actuelles, qui nous poussent à développer une logique respectueuse de l’environnement et une architecture vectrice de proximité.

Les réalisations architecturales d’ampleur ne cessent de marquer les esprits. Certaines d’entre elles se distinguent par leurs esthétiques et leurs volumes, incarnant ainsi une réelle rupture. Un contraste mûrement réfléchi qui, contrairement aux idées reçues, considère aussi le contexte et répond à des codes précis. N’oublions pas que ces réalisations ne sont qu’une infime part de nos paysages urbains !

À toutes les étapes de conception, l’architecture se nourrit de son contexte. Chaque projet épouse, voire transcende, le climat local et la géographie du site. Les contraintes rencontrées guident les possibilités et les approches paysagères, environnementales, sociales, culturelles ou patrimoniales, apportent des clés de lecture indispensables. L’architecture du quotidien que nous côtoyons, façonne ainsi l’identité de nos territoires, tissant des liens forts avec son environnement proche.

L’architecte veille constamment à un dialogue harmonieux avec le contexte urbain et paysager, à travers un fin travail d’analyse et d’interprétation. Le résultat final dépend donc de l’endroit et de l’époque où l’architecture prend forme, ainsi que du contexte socio-économique dans lequel elle s’inscrit. L’expertise de l’architecte est essentielle pour ajuster les différents curseurs, ainsi que proposer et imaginer les meilleures possibilités.

Aujourd’hui les architectes privilégient de plus en plus une pratique très ancrée dans son contexte territorial, visant à mettre en valeur une approche locale et environnementale. Ce renouement avec l’environnement proche entend développer une approche plus écologique ce qui implique par exemple le recours à des matériaux locaux ou à des savoir-faire traditionnels.

On parle alors d’architecture vernaculaire, cherchant à cultiver une culture architecturale propre à chaque territoire. Le défi des architectes est de s’inspirer des techniques de construction locales, des matériaux disponibles à proximité, des savoirs locaux en matière d’artisanat, tout en apportant un savoir-faire contemporain permettant de s’adapter aux enjeux d’aujourd’hui et proposer des projets ancrés dans la modernité.

Les liens entre architecture et contexte se renforcent aujourd’hui. Ils permettent d’ailleurs de redynamiser certains territoires, en réactivant toute une économie locale. Il s’agit par exemple d’un moyen de développer de nouvelles filières et de soutenir l’artisanat local, faisant de l’architecture une nouvelle porte d’entrée pour le renouveau d’une certaine identité territoriale et d’une vie de proximité.

 

Ce sujet vous intéresse ?
Venez en discuter avec les architectes
lors des Journées nationales de l’architecture
du 16 au 18 octobre 2020.