Rencontre avec Architecturestudio : travailler ensemble pour construire les réponses de demain

Publié le 13.10.2020
Fidèle aux JNArchi, Architecturestudio se mobilise à nouveau cette année et organise une conférence sur le thème « Quels bureaux construire demain ? » à suivre sur les réseaux sociaux. Agence internationale d'architecture, d’urbanisme et de design intérieur, Architecturestudio regroupe 13 associés et une équipe de 150 personnes aux multiples nationalités.

 

Fondée sur des savoirs partagés, elle porte des projets dans le monde entier et cherche à concilier les contraintes pour concevoir des réalisations positives et uniques, en lien avec leur contexte. Pour en savoir plus, nous avons interrogé Romain Boursier et Mariano Efron, associés.

 

Comment définiriez-vous Architecturestudio ?

Notre équipe s’intéresse à tous les enjeux contemporains, et particulièrement aux enjeux de transition écologique et de transformation numérique de notre société. Sur chaque projet que nous démarrons, nous menons des réflexions contextuelles avec une dimension sociale et sociétale très importante.

Depuis la création d’Architecturestudio, notre objectif est de rendre possible le partage de connaissance pour travailler sur des problématiques contemporaines, mais aussi enrichir nos expériences par une approche multi-contextuelle. Nous sommes convaincus que le travail de groupe nous permet de dépasser nos limites individuelles pour aller plus loin sur les sujets que nous investissons quotidiennement. Le collectif nous porte et nous aide à dépasser notre propre paradigme.

 

Vous avez été récemment primés pour un projet à Buenos Aires. En quoi reflète-t-il votre engagement ?

En effet, l’immeuble Summers a reçu le Grand Prix AFEX (Architectes Français à l’EXport), organisé depuis 2010 pour récompenser l’architecture française dans le monde. Il s’agit de notre première expérience construite à Buenos Aires.

Nous nous sommes nourris du contexte local et avons cherché à travailler tous ensemble, pour aller au-delà de la demande et proposer un bâtiment unique. Notre approche est “holistique” et c’est à partir de l’incorporation de toutes les variables que nous transformons les contraintes perçues comme négatives, en une démarche positive. Les contraintes climatiques ont ainsi été pleinement intégrées en proposant une enveloppe capable de s’ouvrir et s’adapter.

Véritable concrétisation de notre réflexion sur les transformations en cours, cette réalisation répond à un nouveau besoin. Les immeubles de bureaux ne sont plus seulement des lieux de travail. Ils sont aujourd’hui des lieux d’échange, des espaces de collaboration et de créativité. Il s’agit de redonner du sens aux espaces communs, qui sont des lieux de rencontre, de travail et de discussion. Finalement, nous prenons conscience de l’importance de retrouver dans les lieux de production, dans les espaces de bureaux et de travail, tout le travail entrepris dans le logement collectif sur les espaces communs.

 

Pourquoi participez-vous aux JNArchi ?

L’ouverture de notre agence à l’occasion des JNArchi s’inscrit dans la continuité de notre engagement initial, celui d’être impliqué dans la formation, la transmission et l’enseignement. Pour nous, il est essentiel de communiquer sur le métier d’architecte, afin de sensibiliser à nos domaines d’action. Les JNArchi font donc partie intégrante de notre ADN car elles permettent de transmettre les réalités concrètes de notre pratique et de partager notre expérience.

L’année dernière, nous avions conçu une exposition autour des trois temps forts des projets, en les déclinant de la manière suivante : les concours, les développements au sein du studio, puis les chantiers. Cette année, notre ambition est de partager avec le grand public notre réflexion sur les bouleversements que nous vivons actuellement, à travers l’exemple de l’évolution du monde du travail.

 

Pourquoi avoir choisi la thématique des bureaux pour votre évènement ?

Depuis quelques années, cette question nous interpelle car les transformations sociétales s’expriment en architecture. Le projet « Summers » était notamment l’opportunité de montrer les réflexions menées ces dernières années à travers nos réalisations.

Au sein d’Architecturestudio, nous disposons d’un corpus de projets qui permet justement de comparer différentes expériences de matérialité, de construction, d’aménagement intérieur. Nous pouvons ainsi les faire dialoguer entre eux pour interroger ces évolutions qui se renforcent.

En profonde mutation depuis plusieurs années, le secteur du tertiaire est fortement marqué par la crise sanitaire actuelle. Nous ne construisons plus « seulement » des bureaux mais des lieux de vie où travailler. La crise du coronavirus s’est révélée être un catalyseur et de nouveaux paramètres doivent désormais être intégrés lors de la conception de bureaux. Nous débattrons de ces évolutions le vendredi 16 octobre lors de la table ronde « Quels bureaux construire demain ? »

 

Quels sont les grands enjeux actuels ?

Nous pensons que les architectes ont une grande responsabilité pour faire évoluer nos villes et nos bâtiments. L’architecture n’est plus une question formelle, esthétique ou technologique, elle est davantage un enjeu sociétal à résoudre. Face à la dégradation des conditions de vie sur notre planète fragilisée, nous devons réagir massivement !

 

Comment les architectes peuvent-ils intervenir ?

Il existe de nombreuses pistes d’évolution pour le travail de l’architecte. D’ailleurs, récemment, nous avons vécu un véritable tournant avec cette crise sanitaire qui nous demande de faire « face à l’incertitude ». Chez Architecturestudio, nous avons commencé à raisonner autour la notion « d’espace de réserve » comme qualité désormais nécessaire pour appréhender ce nouveau paramètre. Cette notion doit être prise en compte de l’échelle urbaine jusqu’à l’échelle de l’habitat pour être un vecteur réel d’amélioration dans la perspective des changements majeurs à venir.

Désormais, nous devons penser l’ensemble des bâtiments comme des « ressources ». En ce sens, ils peuvent être des facteurs de résilience pour nos villes. Ce changement passera par la conception d’espaces plus modulables et adaptables, des aménagements qui offrent plus de souplesse et de robustesse.

Avec ce changement de paradigme, nous avons une grande responsabilité. L’architecte est au cœur de la transformation sociétale et nous devons tisser des liens avec tous les intervenants de notre société. Selon nous, l’important n’est pas d’avoir la solution, mais d’être dans une réelle démarche de co-conception et de co-construction. Cette capacité à co-élaborer les réponses est essentielle.

 

Quelle est votre inspiration pour les villes de demain ?

Nous réfléchissons collectivement à une multitude de sujets, que nous étudions dans leurs contextes respectifs pour révéler leur potentiel de transformation sociétale. C’est ainsi que nous sommes amenés à nous dépasser et étendre notre champ d’action. Au quotidien, le travail en commun est notre source d’inspiration : nous parvenons de cette manière à repousser nos limites. Notre projet à Buenos Aires, qui vient d’être primé, en est un exemple.

Lorsque nous sommes ensemble, chacun contribue. Nous ne sommes pas des artistes inspirés par des images, des références. Notre rêve se construit tous les jours au fil de nos échanges. L’inspiration résulte de la confrontation des idées et d’une grande curiosité.